Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugari
Machette : 4 ans de prison

Home

Cartoons
Politique
Economie
Justice
Région
Presse
Diaspora.rw
Faits Divers
Who's Who
Souviens-toi !

Namur: quatre ans requis pour des coups de machette à son ex-femme
 
     NAMUR 27/01/03 (BELGA) = Le ministère public a requis lundi quatre
 ans de prison contre un Rwandais de 37 ans poursuivi pour tentative de
 meurtre sur sa femme. Le 27 décembre 2001, dans leur appartement de
 Salzinnes (Namur), il lui avait porté plusieurs coups de machette.
 Cette scène s'était déroulée dans le contexte d'une séparation
 difficile. Le couple, qui s'était marié au Rwanda en 1990, avait dû
 fuir la guerre qui ravageait le pays quelques années plus tard.
    La jeune épouse et les trois enfants communs étaient arrivés en
 Belgique seuls et n'avaient pu être rejoints par le prévenu que huit
 mois plus tard. A son arrivée, celui-ci, commerçant dans son pays,
 n'avait pas trouvé de travail et devait dépendre des allocations de
 chômage que sa femme avait réussi à obtenir entretemps. Il avait mal
 accepté cette situation et la tension au sein du couple avait abouti à
 des scènes de coups et, finalement, à une séparation signifiée par le
 tribunal de première instance en octobre 2001.
    Le jour des faits, le prévenu ramenait les enfants au terme d'un
 droit de visite. Les laissant dans la voiture devant l'immeuble, il y
 avait pénétré seul. Là , dans la cuisine de l'appartement, une dispute
 avait éclaté entre les ex-époux.
    Selon lui, c'est elle qui avait caché une machette dans son dos,
 selon elle, il l'avait apportée sous son manteau. Ce qui est sûr, en
 tout cas, c'est qu'il l'a frappée à plusieurs reprises, sur la tête,
 au visage et aux jambes, causant de graves blessures. Elle était
 tombée dans le coma et avait dû être hospitalisée pendant deux mois
 pour se rétablir des multiples fractures, du crâne, de la mâchoire et
 aux jambes.
    Elle réclame aujourd'hui 10.000 euros provisionnels avant que les
 dommages physiques et moraux ne soient définitivement estimés par voie
 d'expert.
    Le ministère public a requis quatre ans de prison, accréditant la
 thèse de la tentative de meurtre de préférence à l'assassinat,
 puisqu'en l'absence d'autres témoins que les deux protagonistes,
 l'origine de la machette ne peut être prouvée.
    L'avocat du prévenu a plaidé la légitime défense et a demandé une
 peine de prison réduite au minimum légal ou qui puisse être absorbée
 par la détention préventive subie depuis qu'il s'est rendu lui-même,
 le jour des faits, à la police.