Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugari
Message Royal : 2003

Home

Cartoons
Politique
Economie
Justice
Région
Presse
Diaspora.rw
Faits Divers
Who's Who
Souviens-toi !

Message du Roi Kigeli V
 
Chers compatriotes,
Rwandaises et Rwandais,
 
Je voudrais profiter des fêtes du  nouvel an, pour vous souhaiter une bonne et
heureuse année 2003. Qu'elle vous apporte joie, bonheur et prospérité pour
vous et pour tous les vôtres. Que Dieu et nos ancêtres vous apportent leur
bénédiction ainsi que leur protection tout le long de l'année.
Plus les annes passent, plus mon désir est encore plus grand de voir le
Rwanda  progresser sur la voie du développement et de la prospérité grâce à 
l'unité  de tous les rwandais. En effet, seule l'union de tous les fils du Rwanda
permettra la reconstruction du pays et son engagement vers un avenir radieux
au sein du concert des Nations.
Ce glorieux objectif le Rwanda l'atteindra,  grâce à une bonne entente et une
inévitable et sincère réconciliation entre tous les rwandais.  En effet il y a
beaucoup plus des points qui unissent les rwandais qu'il y a des points qui les
séparent.
Le Rwanda ne peut bâtir son développement sur des fondations des visions
régionales ou ethniques.
Comme vous le savez, lors de mon intronisation, j'ai engagé le Rwanda vers
une monarchie constitutionnelle selon les règles de la démocratie. C'est
pourquoi, je soutiens la création et le fonctionnement libre des partis politiques
au Rwanda.
Pour cette raison, je condamne catégoriquement le muselage des partis
politiques ainsi que leur fonctionnement sous couvert du parti qui est au
pouvoir.
C'est avec regret que j'observe que les nouveaux partis sont tués dans l'oeuf,
ou sont obligés de se former en exil, pour éviter des poursuites et autres
menaces qu'encourent au Rwanda leurs fondateurs et adhérents.
 
Le Rwanda a besoin des idées de tous ses filles et fils pour sa reconstruction.
C'est dans ce cadre que ma tristesse est grande quand je vois les personnes
qui sont emprisonnées ou qui sont assassinées à  cause de leurs idées qui ne
cadrent pas avec les objectifs cachés des dirigeants au pouvoir. Ces
assassinats politiques devraient cesser et les prisonniers politiques (être) libérés
 pour qu'ils puissent contribuer à  la reconstruction du pays.
 
Beaucoup d'éminents rwandais, (volontairement) ou forcés ont pris le chemin
de l'exil, d'autres n'ont pas osé de revenir au pays par peur de prison ou
d'assassinat. Les dirigeants actuels du Rwanda, dont la plupart ont connu les
souffrances morales, économiques et politiques devraient éviter le chemin de
l'exclusion d'une partie de rwandais et créer un forum de discussion  qui
permettrait à  tout rwandais qui le souhaite de  participer à  la vie politique et
économique de son pays de trouver un terrain où il peut s'exprimer sans peur
de représailles.
Du simple citoyen à  ceux qui sont au pouvoir, tout le monde au Rwanda, vit
dans la peur. Le pays ne prendra jamais le chemin du progrès si les acteurs
travaillent dans la crainte renforcée par l'injustice. Tout rwandais est un homme
libre, il doit se sentir chez lui, avoir une liberté d'expression, et une liberté
d'action. L'Etat rwandais doit être un état de droit.
 
Bien que le Rwanda soit grand dans notre conception, il a beaucoup de
limitations au niveau géographique et au niveau des ressources naturelles. La
seule grande richesse dont le pays est doté, ce sont les ressources humaines.
Le rwandais est intelligent, dynamique et entreprenant. Si nous conjuguons nos
efforts, le Rwanda peut atteindre un niveau de développement considérable à 
l'instar d'autres pays tels que le Japon, les deux Corée, Singapour pour ne
citer que ceux-là ,  qui sont sans aucune richesse naturelle sauf le savoir faire
de leurs peuples mais qui atteignent un développement respectable au niveau
international.
 
Les dirigeants dont le Rwanda a besoin, ce sont des catalyseurs des idées qui
favorisent la liberté de penser, ceux qui stimulent la créativité, qui créent un
cadre qui permettra la promotion du développement socio-économique.
Je suis avec intérêt la progression de travaux de la Commission chargée
d'élaborer la nouvelle Constitution du pays. Il est intéressant de noter que
depuis 1960, chaque nouveau régime qui a pris le pouvoir au Rwanda, a pris
soin de changer la Constitution. Et chacun de ces régimes, a poussé le
Rwanda et les Rwandais un peu plus vers l'abîme. A qui donc profite le
changement de la constitution, si la population rwandaise et leur pays n'en tire
aucun profit ? C'est une preuve de plus que le changement de la constitution
n'est qu'un moyen de plus que les dirigeants qui veulent rester au pouvoir
utilisent pour mieux le garder mais aussi pour s'y maintenir le plus longtemps
possible. Les intérêts du peuple et du pays ne sont pas pris en considération.
 
Quelle garantie un parti au pouvoir, et qui tient à  le garder, présentera-t-il aux
autres partis rivaux, dans la manipulation de la constitution avant les élections ?
Au nom du peuple rwandais sans défense, il est de mon devoir de dénoncer
ces manoeuvres machiavéliques, car nous sommes certain que le résultat de
ces manipulations seront attribués au peuple qui n'en est ni demandeur ni
partisan, ni bénéficiaire mais plutôt a été à  maintes reprises victimes de ces
activités sordides depuis les années de l'indépendance du pays.
 
Chers compatriotes,
Rwandaises et Rwandais,
 
L'autorité démocratique auquel tout rwandais aspire, est l'autorité
représentative, l'autorité juste et non partisane. Pour atteindre cet objectif, il
faudrait que les partis politiques soient libéralisés et fonctionnent sans aucune
contrainte. Dans une démocratie véritable, aucun parti, même au pouvoir ne
dirige et coordonne les activités des autres partis adverses qui aspirent à 
prendre le pouvoir aussi. On ne peut être juge et partie. Malheureusement au
Rwanda, c'est bien le cas. A qui peut-on recourir pour demander justice ? Il
est fort probable que chez qui vous cherchez justice, est la même personne qui
est l'auteur de votre malheur.
 
C'est une peine pour moi de voir combien le peuple rwandais n'a personne
pour le protèger contre toutes ces manipulations qui se font toujours à  son
insu. C'est pour cette raison que le Rwanda a toujours eu besoin d'une autorité
non partisane, au dessus de partis, au dessus des ethnies, n'appartenant à 
aucune région. Le Rwanda a toujours eu d'une autorité qui est au dessus de la
mêlée, qui peut trancher dans  l'intérêt du Rwanda et des rwandais . Une
autorité investie du pouvoir du peuple, n'appartenant à  aucun parti politique,
à  aucun groupe de pression et ne travaillant pas pour les intérêts d'une
puissance extérieure. Une autorité unificatrice, une autorité modératrice, une
autorité au dessus de tout soupçon, qui n'a pas besoin de partis, ni de l'argent,
une autorité qui ne compte pas le temps qu'il a pour  rester au pouvoir. Cette
autorité est là  près de vous, disponible prête à  vous servir et à  servir l'intérêt
supérieur de la Nation.
Les autres maux dont souffre le Rwanda, ce sont la pauvreté et l'ignorance.
Une infime minorité est de plus en plus riche, alors qu'une grande majorité ne
sait de quoi demain sera fait.

Le gouvernement devrait examiner comment repartir les richesses du pays, si
peu soient-elles pour essayer de réduire les écarts qui ne cessent de se creuser
entre la population rwandaise.
Au Rwanda il y a une grande population de veuves, des orphelins et des
handicapés. L'aide étrangère n'a pas été donnée à  la population comme il le
fallait et n'a pas toujours atteint la population ciblée.

C'est pourquoi, le gouvernement devrait s'appliquer plus sérieusement à  la
recherche de l'aide adéquate auprès des organisations internationales et pays
donateurs. Dans le cadre de la co-opération au développement, le ministère
des Affaires Etrangères devrait s'atteler à  chercher de l'aide pour assurer un
développement durable  à  la population.
 
Chers compatriotes,
 
Comme un seul homme, serrons -nous les coudes et aimons-nous les-uns les-
autres et prenons nos traditions comme un ciment qui nous unit.  Beaucoup de
pays sont devenus puissants grâce à  leur fidélité à  la tradition. Nos traditions
ne doivent pas disparaître, mais plutôt laissons tomber leurs aspects dépassés,
enrichissons les par les bonnes manières acquises dans les autres traditions
étrangères que nous avons rencontrées pour les rendre durables et toujours
meilleures.
Je termine en vous témoignant de ma solidarité sans faille. Mon bonheur ne
s'accomplira que le jour où je saurai que chacun d'entre vous est heureux
moralement et matériellement.
 
Encore une fois, je vous souhaite une bonne et heureuse année.
 
S.M. Kigeli V Ndahindurwa
Le Roi du Rwanda
Washington, 30 décembre 2002