Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugari
Forum des Tambours

Home

Cartoons
Politique
Economie
Justice
Région
Presse
Diaspora.rw
Faits Divers
Who's Who
Souviens-toi !

christbazivamo.jpg
Christophe Bazivamo

June 21, 2003.
 
Les bégaiements de notre histoire
BAZIVAMO -CYUNGO - NYAMIGEZI

CYUNGO était le sobriquet académique de Monsieur Christophe BAZIVAMO, actuel Ministre de l'administration locale, de l'information et des affaires sociales et vice-président du Front Patriotique Rwandais, FPR,  quand il faisait encore ses études à l'UNR au milieu des années 1980.
 
CYUNGO signifie littéralement la conjonction.
 
CYUNGO  fait également référence à l'ancienne commune CYUNGO
(aujourd'hui partie intégrante du district de Kinihira dans la Province de BYUMBA) dont est originaire le Ministre Christophe BAZIVAMO, d'où le sobriquet de CYUNGO.
 
Ce n'est pas la première fois dans l'histoire constitutionnelle du Rwanda qu'un ressortissant de CYUNGO doive jouer aux apprentis sorciers en vue dassurer la légitimité dun nouveau régime ayant à sa tête un « sauveur » (heureusement que le ridicule ne tue pas !!).

Déjà au 16ème siècle (vers 1510-1543, selon les estimations d'Alexis Kagame),  Ruganzu Ndoli, « sauveur » venu du KARAGWE (situé actuellement en Tanzanie) avait dû recourir à un autre ressortissant de CYUNGO, NYAMIGEZI (dont le père MINYARUKO, fils de NYAMIKENKE était UMWAMI du Busigi) en vue d'introniser le nouveau tambour- emblème (KARINGA) de la nouvelle dynastie NYIGINYA. En effet, Ruganzu Ndoli avait au départ été intronisé sous le signe du NANGAMADUMBU (littéralement, « je hais les révolutions ») mais celui-ci dut être écarté de cet honneur parce qu'il représentait le même inconvénient que le RWOGA (ancien tambour-emblème de la dynastie nyiginya avant le KARINGA) : il était unique. Or, il ne fallait plus un tambour-emblème unique dont la perte, même accidentelle, mettrait à nouveau le Rwanda dans les mêmes perplexités. NYAMIGEZI ya MINYARUKO ya NYAMIKENKE fut le Christophe BAZIVAMO du 16ème siècle, ou mieux encore, Christophe BAZIVAMO est, aujourdhui, le NYAMIGEZI ya MINYARUKO ya NYAMIKENKE du 21ème siècle chargé de faire introniser le nouveau KARINGA (appelé à remplacer celui perdu à jamais à RUCUNSHU (ou à MWIMA ??), découvert ensuite par Théoneste RIZINDE au début des années 1980, et dont plus personne n'a encore entendu parler). Rappelons à toutes fins utiles que  NYAMIGEZI ya MINYARUKO ya NYAMIKENKE du 16ème siècle sétait rendu précisément à CYUNGO (rien ne se fait au hasard) dans une forêt où lon trouvait des arbres gigantesques de lespèce appelée IMYUNGO (au singulier UMWUNGO). Cest de cette espèce d'arbre que la localité a tiré son nom : iCYUNGO signifie : le MWUNGO TOUFFU.

Ayant choisi l'arbre qui lui convenait, NYAMIGEZI le coupa en cinq tranches, dont il tailla autant de tambours (FORUM des partis) quil fit transporter au BUSIGI, sous l'appellation fallacieuse de AMASEKURU (au singulier ISEKURU = mortier à grains). On les arrangea ensuite en tambours dans le plus grand secret (adoption du projet de Constitution en catimini) sous la direction des dépositaires du Code ésotérique auxquels cette tâche revenait (Servilien Manzi Sebasoni, Tito Rutaremara et autres dépositaires de lactuel code ésotérique). Tout se fit dans la maison de NYAMIGEZI (Christophe BAZIVAMO), qui en fut temporairement le gardien. Cette fonction resta à ses descendants à perpétuité, à la Cour, jusquaujourd'hui. Le rôle de Christophe BAZIVAMO ne devrait dès lors étonner personne. Ceux qui veulent en savoir plus sur KARINGA, KARIHEJURU, BARIBA et autres tambours du FORUM des tambours (ou plutôt des partis) peuvent lire utilement Alexis Kagame, « Un abrégé de l'ethno-histoire du Rwanda », Editions universitaires du Rwanda, Collection « Muntu », Butare, 1972, n° 170 et suivants.

Enfin, il n'est peut-être pas inutile de souligner avant de clore cet article, que le principe constitutionnel paraissant avoir servi de fil conducteur à la Constitution du 4 juin 2003 a été clairement formulé à Rucunshu par (le régent) KABARE (l'arrière-grand-père de Paul KAGAME) : « HAGUMA UMWAMI, INGOMA IRABAZWA » (c'est-à-dire, il n'y a que le Chef dEtat qui soit important, quant aux Constitutions, on peut en fabriquer selon les besoins de la cause du chef de l'Etat).

 

Sacré KABARE.

Sacré KAGAME.

Sacré NYAMIGEZI ya MINYARUKO.

Sacré BAZIVAMO.

« HAGUMA UMWAMI, INGOMA IRABAZWA ».

Natwe tukayacekwa.

 

Ildephonse Murayi-Habimana