Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugari
Kagame ?

Home

Cartoons
Politique
Economie
Justice
Région
Presse
Diaspora.rw
Faits Divers
Who's Who
Souviens-toi !

Le président rwandais Paul Kagame, candidat à sa propre succession
 
KIGALI, 8 juillet (AFP) - Le président rwandais Paul Kagame, dont la
candidature à sa propre succession a été annoncée samedi par son
parti au pouvoir, est un des personnages-clés de la région des Grands
lacs.
 
Tutsi anglophone de 46 ans, le président Kagame est l'ancien leader
emblématique de la rébellion du Front patriotique rwandais (FPR, au
pouvoir Kigali depuis 1994), qui a mis un terme au génocide de 1994,
avant de devenir "l'homme fort" de ce petit pays d'Afrique centrale.
 
Né en octobre 1957 à Gitarama (centre du Rwanda), il quitte son pays
 encore enfant, quand sa famille, fuyant les premières persécutions
anti-tutsies, s'installe dans l'Ouganda voisin en 1960.
Marié et père de quatre enfants, Paul Kagamé a fait toute sa "carrière
de guerillero" dans les mouvements de rébellion conduits par l'actuel
président ougandais Yoweri Museveni.
 
Sous les ordres de ce dernier, il combat au sein du Front pour le salut
national (Fronesa) et contribue, aux côtés de l'armée tanzanienne, à
la chute du dictateur ougandais Idi Amin Dada.
En 1981, Paul Kagame fait partie du groupe des "27 héros-fondateurs"
de l'Armée nationale de résistance (NRA) qui relance, toujours sous le
commandement de Museveni, la lutte armée contre le régime du
président ougandais Milton Obote.
 
Ses états de service le mènent au poste de numéro deux des services
de renseignements militaires de ce mouvement.
Autodidacte, bon tacticien, M. Kagame est alors un lecteur assidu des
grands classiques révolutionnaires, de Mao ou du Che.
 
Il partage avec son frère d'armes ougandais "des opinions nationalistes
 de gauche, la défiance envers l'Occident, la haine de la dictature et
la foi en la puissance rédemptrice de la guerre populaire", selon
l'historien français spécialiste des Grands lacs, Gérard Prunier.
Proche de son "aîné" le général Fred Rwigema, un autre Rwandais
héros de la guerre civile ougandaise, Kagame rejoint en 1987 le FPR,
rébellion créée la même année par des Tutsis réfugiés en Ouganda
pour renverser le régime du président hutu rwandais Juvénal
Habyarimana.
 
Rwigema tué au combat en 1990, le jeune chef militaire prend le
commandement du FPR et entre quatre ans plus tard dans la capitale
rwandaise Kigali. Sous son autorité, les troupes du FPR mettent ainsi
fin au génocide perpétré d'avril à juillet 1994 par les miliciens
extrémistes hutus et les soldats de l'ancien régime. Plus d'un million de
 personnes ont été tuées lors de ces massacres, selon le
gouvernement.
 
Fin politique, il conduit le mouvement rebelle au pouvoir et devient,
le 19 juillet 1994, vice-président de la République, ministre de la
Défense et véritable "homme fort" du régime.
En avril 2000, il est élu par le parlement nouveau président de la
République et remplace à ce poste Pasteur Bizimungu, un Hutu, qui
avait démissionné de ses fonctions.

De chef de guerre, il se transforme peu à peu en chef d'Etat, affichant
le souci de réconcilier son pays, se consacrant aussi bien à lutte
contre le sida ou contre la pauvreté.
D'un naturel réservé, grand, et tout aussi mince qu'il était il y a dix
ans dans le maquis, portant en permanence de fines lunettes dorées,
M. Kagame a délaissé le treillis militaire pour d'élégants costumes
sombres ou des chemises multicolores.
 
Joueur de tennis, le président rwandais est un grand amateur de
football, assistant à tous les matches importants à Kigali.
Peu protocolaire, M. Kagame emmène à l'occasion ses enfants au
cinéma, et se met au volant en sortant de la séance.